La Belle au bois dormant au Théâtre des Champs-Elysées

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • Digg
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Le Saint-Pétersbourg Ballet Théâtre a officié trois soirs à Paris, avec deux représentations du Lac des Cygnes et une de la Belle au bois dormant le dernier soir. Je me suis rendue à cette dernière…

 … Et d’entrée, je ne laisse pas planer le suspens : je n’ai pas aimé. Ce n’est pas tant le côté kitsch qui a son charme, avec certains décors d’ailleurs très réussis, mais j’ai vu trop de faiblesses techniques ainsi que des pantomimes à la limite de la caricature ; des pantomimes d’ailleurs très (trop ?) présentes dans cette version … Bref, mis à part les apparitions de la soliste Irina Kolesnikova, je suis restée souvent dubitative.

Mais commençons par le commencement. Acte 1, scène 1 : rien ne m’a convaincu. Ni la pantomime, exception faite de la Fée Carabosse qui, au moins, était convaincante dans son style burlesque, ni les variations des fées qui manquaient de fluidité et d’aisance technique, exception faite là-encore de la dernière Fée – Fée insouciance me semble-t-il- qui était enlevée, gracieuse, bien dans ses pointes. 

Acte 1, scène 2 : je retrouve un peu d’enthousiasme. Jolis décors, un corps de ballet plus à son affaire et la délicieuse Irina Kolesnikova en Princesse Aurore. Une belle danseuse avec des lignes déliées, un sourire ultrabright, une vraie présence sur scène. Elle est là, elle fait le job et elle le fait très bien. Elle nous gratifie d’un bel adage à la rose avec des arabesques magnifiques et d’une interprétation très convaincante de la Princesse Aurore même si elle n’en a pas tout à fait le physique.

Acte II et l’entrée en scène du Prince, interprété par Evgeny Ivanchenko. Sa prestation est très honorable : des réceptions nettes, une belle qualité de sauts. Irina Kolesnikova fait toujours preuve d’une maîtrise technique sûre, malgré un petit déséquilibre dans une de ses diagonales.

Acte III, enfin, celui des festivités et du mariage, avec de bons moments : le quatuor des fées, le pas de deux plutôt attachant du Chat et de sa compagne… Dommage, l’Oiseau bleu a paru fatigué, j’ai même eu peur qu’il ne se blesse à la réception d’un saut. Beau final avec la Princesse Aurore et le Prince. J’ai réellement beaucoup apprécié la prestation d’Irina Kolesnikova, que j’ai trouvée à la fois solide techniquement et charismatique en scène.

La Belle au bois dormant par le Saint-Pétersbourg ballet théâtre
La Belle au bois dormant par le Saint-Pétersbourg ballet théâtre

Et puis, pour ne pas paraître trop sévère, je rajouterai que selon Amélie, le Saint-Pétersbourg Ballet Théâtre semble avoir offert une prestation beaucoup plus convaincante lors de ses deux Lac des Cygnes. La Belle n’est peut-être pas un répertoire qui convient à cette troupe…

3 Responses

  1. Cams Cams

    at |

    Dommage que ça n’est pas été à la hauteur des attentes…
    J’aurai bien aimé voir à quoi cela ressemblait néanmoins.

  2. Amélie Amélie

    at |

    Oui, la troupe était beaucoup plus à l’aise dans Le Lac. C’est dommage, mais globalement, je serais un peu moins dure : j’ai passé deux soirées plaisantes, à défaut d’être totalement fabuleuse.

Leave a Reply