2 Responses

  1. Amélie Amélie

    at |

    Je me souviens de cette première, et des très chaleureux applaudissements que le public avait réservé au chorégraphe. Tout le monde savait que c’était l’une des dernières fois où on le voyait.

  2. Aurélie Aurélie

    at |

    Si je peux me permettre… Non, tout le monde ne savait pas… Il aurait dû revenir dans un peu plus d’un an…
    Mais bien sûr, personne ne sait ce qui l’attend au rendez-vous promis par chaque jour nouveau… Roland Petit m’a fait l’immense honneur de m’expliquer pourquoi l’amour et la mort sont thèmes presque inévitables de ses ballets… Je lui dois le titre de ma première « Saison » – je ne mets pas le lien,il serait effacé… Temps pis – « deux ballets d’amour et de mort » et il a approuvé les pages que je lui ai soumises… Il parlait avec cette passion toute vive, toute naïve presque, d’un jeune danseur ! Un être au caractère d’une force exceptionnelle que certains auront dit « égocentrique », mais ceux là n’auront pas été digne de le croiser…

Leave a Reply