7 Responses

  1. elendae elendae

    at |

    Ah j’aurais bien aimée être là !! surtout en comparaison de la représentation de la soirée du même jour…mais passons !
    Héloïse Bourdon est destinée à être Etoile un jour, elle a un parcours sans tâche jusqu’à maintenant, les soutiens qu’il faut, et…le talent, visiblement !
    Il me tarde de pouvoir bientôt constater le « phénomène Alu », je n’ai pas encore eu l’occasion de le voir sur scène hormis peut-être perdu dans le corps de ballet. Dans son interview récente, il a l’air complexé par ses jambes, il a tort, on veut notre Ivan Vassiliev nous aussi ^^
    Bon, j’espère qu’une ou deux petites vidéos vont être postées sur youtube, maintenant…

  2. orchidée orchidée

    at |

    Je n’ai jamais assisté à l’opéra à un tel triomphe qui relève pour ma part des années Noureev ! avec Héloise BOURDON une véritable ETOILE est née. Je suis sans voix et sans mots pour exprimer ma ferveur et mon éblouissement. Cette artiste est une pure révélation du style Opéra, un petit bijoux. Quel beau spectacle … totalement INOUBLIABLE.

  3. Pink Lady Pink Lady

    at |

    Héloïse Bourdon est promise à un bel avenir, j’ai hâte de la revoir dans d’autres rôles – quel beau cygne elle fera !

    François Alu était remarquable dès l’École de Danse, et il a tout de même un physique beaucoup plus « noble » que celui de Vassiliev. J’espère aussi que quelqu’un a filmé sa prestation !

    Sinon j’ai pour ma part été agréablement surprise par Stéphane Bullion, qui dégageait beaucoup de force dans ses variations, en particulier les sauts en tournant de l’acte III. Et je n’ai pas trouvé qu’il avait moins d’élévation que ses collègues…

  4. Pink Lady Pink Lady

    at |

    Nooon il ne fallait pas me reparler du combat des anges – ça y’est, il va encore falloir que je me passe cette vidéo en boucle ! #damned

    En fait le ballon de Josua Hoffalt ne m’a pas plus impressionnée que ça, en ce sens je le trouvais comparable à celui de Stéphane Bullion, mais c’est certain qu’il n’est pas comparable à celui de Mathias Heymann par exemple, prototype du danseur « léger-bondissant ». Stéphane Bullion a plus de puissance (ce qu’il dégageait dans les doubles-assemblées !), maintenant c’est un peu là son problème : beaucoup de puissance, pas assez de force, en ce sens qu’il est encore très « intérieur ». En cela il m’a vraiment surprise samedi, je ne me souvenais pas de l’avoir vu aussi investi dans un grand rôle classique.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.