Prendre ses désirs pour des réalités…Episode 2

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • Digg
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

L’an dernier, je vous proposais, chers lecteurs, de vous mettre dans la peau de la Directrice de la danse de l’Opéra de Paris et de formuler vos suggestions, idées, espoirs, trouvailles… Un an plus tard, pourquoi ne pas renouveler l’exercice ? Faites vos vœux!

(c) Opéra de Paris

En relisant mon post de l’an dernier, je me suis aperçue que quelques-uns de mes souhaits s’étaient réalisés : Alice Renavand promue Première danseuse, Stéphane Bullion montrant l’étendue de ses talents comiques (dans le rôle de Lescaut), Myriam Ould-Braham plutôt bien distribuée cette saison, William Forsythe et Don Quichotte programmés la saison prochaine. Mais, des vœux à exaucer, il m’en reste encore. Les voici donc :

Dans la catégorie « compte à rebours »
Après Delphine Moussin, José Martinez et Clairemarie Osta tout récemment, Agnès Letestu, Nicolas Le Riche et Isabelle Ciaravola devraient être les prochains danseurs étoiles à partir à la retraite à l’horizon 2013-2014. D’ici là, j’espère les revoir régulièrement sur scène, avec une petite pensée particulière pour Nicolas Le Riche, privé cette saison d’Onéguine et de Cendrillon pour cause de blessure.

Dans la catégorie « renouvellement des générations »
Vous l’aurez compris, une génération s’en va, une autre arrive. L’occasion justement de lui donner sa chance. Les distributions de La Bayadère, cette saison, ont permis à Héloïse Bourdon, Sarah Kora Dayanova ou encore Mathilde Froustey (qui s’est malheureusement blessée) de montrer leurs personnalités artistiques. J’espère que nous aurons, pour Don Quichotte la saison prochaine, des distributions tout aussi variées et intéressantes. D’ailleurs, deux représentations minimum par titulaire/soliste serait l’idéal, mais j’ai compris… Faut pas pousser !

Dans la catégorie « infirmerie »
Beaucoup de blessures cette saison. Je ne sais si c’est dû au fait que certains artistes dansent trop et d’autres peut-être pas assez… En attendant, voici ma proposition : prévoir un nombre suffisant de remplaçants, à puiser dans le contingent talentueux des sujets et premiers(ères) danseurs (euses) et les titulariser si besoin (cf la catégorie « renouvellement des générations »).

Dans la catégorie « le couple qu’on aimerait bien revoir sur scène »
Il me semble tout trouvé : Aurélie Dupont et Hervé Moreau, qu’on a pu revoir dans Roméo et Juliette de Sasha Waltz dernièrement. Et puis pourquoi pas… Hervé Moreau et Isabelle Ciaravola. Sinon, Agnès Letestu et Stéphane Bullion dans la Dame aux Camélias. Mais là, c’est plus qu’un désir, une réalité, bientôt en septembre 2013, pour les adieux à la scène de la danseuse. Et puis… Eleonora Abbagnato et Nicolas Le Riche…dans Carmen de Roland Petit par exemple ?

Eleonora Abbagnato et Nicolas Le Riche (c) Syltren

Dans la catégorie « celles et ceux qu’on aimerait bien voir promus au prochain concours »
Le préalable, c’est déjà de connaître le nombre de postes à pourvoir. Mais je croise les doigts, de manière totalement subjective et complètement assumée, pour Marine Ganio, Eléonore Guérineau, Charlotte Ranson, Amandine Albisson, Mathilde Froustey, François Alu, Hugo Vigliotti, Axel Ibot, Sébastien Bertaud, Yannick Bittencourt et Audric Bezard.

Dans la catégorie « Attention, Révolution »
A chaque présentation de saison, forcément, on entend « trop de contemporain », « toujours pas de Belle au bois dormant », trop de ceci, pas assez de cela. Pourquoi pas, à l’instar du prix AROP, demander l’avis du public. Je développe : les internautes pourraient, parmi une liste pré-établie, voter sur le site de l’Opéra de Paris, pour le ballet qu’ils aimeraient découvrir ou redécouvrir. Le questionnaire serait ainsi mis en ligne un mois durant et l’œuvre (ou les deux œuvres) ayant recueilli le plus de suffrages serai(en)t ainsi incorporée(s) dans la saison à venir ou dans celle d’après si cela s’avère trop complexe.

Et vous, si vous aviez trois vœux à formuler au bon génie de l’Opéra, quels seraient-ils ?

7 Responses

  1. Pink Lady Pink Lady

    at |

    1) au bon génie de la Direction de la Danse : de l’audace ! Comme celle de ne pas confier tous les rôles aux mêmes danseurs qui les dansent depuis 10 ans alors que tant de jeunes espoirs attendent qu’on leur donne leur chance…
    2) au bon génie de la Billetterie : vendre *toutes* les places sur internet (dont les places de dernière catégorie et les retours bien entendu) avec la possibilité de *choisir* sa place (pas seulement son balcon). Comme toutes les autres maisons d’opéra et théâtre du monde le font depuis longtemps.
    3) au bon génie de la Communication : passer à l’ère de l’internet 2.0, apprendre à utiliser les réseaux sociaux et cesser de mépriser cordialement toute forme de spectateur, à fortiori les mélomanes & balletomanes.

  2. Aymeric Aymeric

    at |

    La derniere proposition serait idéal, mais c’est une nouvelle prise de la Bastille (désolé c’est trop facile).

    Pour le concours, surtout Ranson, Bittencourt et Bézard!

    Sinon ce sont les memes doléances que d’habitude: Ould-Braham et Renavand étoiles, des places un tout petit peu moins cher et …… une meilleure communication de la part du Ballet pour nous entrainer encore mieux dans l’esprit (en s’inspirant peut etre du Royal Ballet)

  3. GershSwing GershSwing

    at |

    Pour ce qui est du ressort de la direction de la Danse: cohérence et alternance s’il vous plaît!
    Des soirées mixtes sont inévitables compte-tenu de l’étendue et de la variété du répertoire, et tout à fait bienvenues, du moment qu’elles sont cohérentes! Dernier exemple en date: la soirée Robbins/Ek. Chaque oeuvre aurait mieux trouvé sa place au sein d’une autre association. Je crains le Béjart/Nijinsky/Robbins/Cherkaoui.
    Pour ce qui est du répertoire classique/néo-classique, des reprises plus régulières et alternées des ballets seraient appréciées (6 ans d’attente pour DQ, 9 pour La Sylphide et Manon, toujours pas de Belle, une Raymonda disparue etc.). Les avantages (au-delà d’attirer plus facilement le public…): permettre une véritable appropriation par les artistes du style et du parfum de chaque oeuvre, mais aussi alterner les distributions, de sorte que certains évitent la série de trop et que d’autres tentent leur chance. Cette Bayadère était une belle tentative, à renouveler dès l’hiver prochain.
    Enfin, s’il était possible d’éviter au maximum que des programmations se chevauchent, on éviterait peut-être quelques blessures (auxquels cas on pourrait faire appel aux premiers danseurs/sujets plutôt que d’épuiser toujours les mêmes).

    Pour ce qui est du ressort de la direction de l’Opéra, du marketing et des relations avec le public: une reconfiguration des plans d’amphitéâtre et une baisse des tarifs ne seraient pas de trop, de même qu’une amélioration des services d’accueil et de communication avec le public. Rien de bien méchant, et ça serait, d’une certaine manière, un petit triomphe maison…

    Sinon je serais ravie de voir plus de Dupont/Moreau et Gilbert/Hoffalt, et toujours Ciaravola/Ganio et Letestu/Bullion! Quant aux promotions, j’en espère plus qu’il ne peut y en avoir, mais je ne serais vraiment pas contre celles de Guérineau, Philbert, Froustey, Dayanova, Alu, Bertaud, Raveau ou Bittencourt. On croise les doigts!

  4. elendae elendae

    at |

    Je plussoie pour tes propositions. Pour celle sollicitant l’avis du public, c’est une bonne idée, peut-être que l’ONP s’y mettra au siècle prochain, sait-on jamais. Je ne pense pas que ce soit digne de la Maison de solliciter l’avis de la populace, pour une institution née sous le Roi Soleil, tradition et dignité sont prioritaires.

    De mon côté, j’ajouterais quelques voeux pieux :

    - Myriam Etoile (on n’y croit plus, mais bon…). De façon plus réaliste, j’espère qu’elle continuera d’être aussi bien distribuée…et qu’elle ne se découragera pas.

    - permettre quelques exceptions au règlement séculaire présidant au fonctionnement du corps de ballet, pour embaucher des danseurs extérieurs confirmés quand tout le monde en serait très content. Oui, on l’a deviné, je parle d’Evan McKie.

    - et une proposition farfelue mais j’aimerais qu’on y réfléchisse : prévoir sous je ne sais pas quel format (un simili « gala » à Garnier, une séance à l’amphithéâtre?…) une représentation de « rattrapage » pour les danseurs blessés au cours de la saison qui n’ont pas pu nous présenter le rôle qu’ils avaient répété. Pour ceux qui sont en début de carrière, on se dit, ils le présenteront la prochaine fois, pour les autres…
    Donc moi, Elendae, nouvelle Directrice de la danse, je propose le programme suivant de cette belle soirée, pourquoi pas tout début septembre avant le redémarrage de la saison :

    - extrait de La Source, avec Laëtitia Pujol en Naïla
    - extrait de Cendrillon, avec Jérémie Bélingard ou Nicolas Le Riche
    - pas de deux final d’Onéguine, avec Hervé Moreau et Isabelle Ciaravola
    - variation de l’idole dorée dans la Bayadère, Mallory Gaudion
    - variation de Gamzatti dans la Bayadère, Mathilde Froustey
    - variation de Manon à l’hôtel de Madame, Agnès Letestu
    - pas de deux du 1er acte de Manon, Dorothée Gilbert et Mathias Heymann.

    Moi je prends mon billet tout de suite si on me propose ça ! Et je pense que les danseurs concernés ne seraient pas contre.

  5. Alien Alien

    at |

    Eh bien, soyons fous :

    - MOB Étoile ( très original, je sais…)

    - Une mise en avant des jeunes talents de la compagnie. Pas la peine de prévoir trois distributions d’étoiles ayant déjà dansé le ballet maintes et maintes fois, mais je pense que prévoir ne seraient-ce que 2-3 couples de jeunes danseurs ne serait pas superflu sur les 26 prochaines représentations de Don Quichotte.

    - Plus de grands ballets classiques. Je sais que la compagnie doit aussi s’ouvrir au répertoire contemporain, mais 2 ballets classiques pour la prochaine saison, ça me semble un peu light…

    - Éviter de programmer des ballets de style trop différents en même temps, ou tout du moins éviter de programmer les mêmes danseurs dessus ( ce qui réduirait peut être les nombre de blessures…) et une réduction du prix des places (mais il ne faut pas trop rêver non plus…)

    Concernant le concours, la promotion de Miho Fuji, Éléonore Guérineau, Aubane Philibert, Charline Giezendanner, Mathilde Froutsey, Héloïse Bourdon, Sarah Kora Dayanova, Allister Madin et François Alu.

    Et dans la catégorie Révolution, eh bien une pus grande justice quant à ce même concours de promotion. Je ne dis pas que les promus ne le méritent pas, mais il me semble que la présence de personnes du public ( critiques de danse, bloggeurs,…) serait peut être un moyen de réduire l’impact du copinage dans ce concours.

    Sinon, je rejoins Fab et elendae, et je prends immédiatement ma place pour cette séance de rattrapage !

Leave a Reply