One Response

  1. Pierre Pierre

    at |

    J’ aimerais laisser un petit commentaire, même tardivement, sur la représentation de la Belle au bois dormant. Des trois auxquelles j’ ai assisté, deux m’ ont particulièrement marqué. Celle du 13 décembre avec Héloïse Bourdon et Christophe Duquenne et celle du 29 décembre avec Svetlana Zakharova et David Hallberg. Je tenais à tout prix à voir Héloïse Bourdon dans sa prise de rôle en princesse Aurore. D’ autant plus que je l’ avais découverte dans sa prise de rôle dans la Bayadère où elle m’ avait fait forte impression. Là encore, j’ ai remarqué qu’ Héloïse Bourdon était heureuse de danser dans le rôle titre. Et j’ étais heureux pour elle. Dans le redoutable Adage à la Rose, elle n’ avait rien à envier à ses collègues danseuses étoiles. De nombreux rappels et des fleurs attestent bien que ce soir-là, le courant était passé entre Héloïse Bourdon et le public. L’émotion était réellement présente. Quant à la prestation de Svetlana Zakharova et de David Hallberg, elle fut pour moi un grand moment. Je ne suis pas un spécialiste de la danse (loin s’ en faut), mais j’ ai pu mesurer les qualités exceptionnelles de ce couple de danseurs : technique, interprétation, présence. La présence et l’ interprétation de David Hallberg furent d’ ailleurs particulièrement brillantes et bouleversantes dans la longue variation de la chasse. Et cerise sur le gâteau, si je puis dire, j’ ai pu de nouveau admirer Héloïse Bourdon dans le Pas de cinq des Pierres précieuses et François Alu dans le Pas de deux de l’Oiseau bleu…

Leave a Reply