Cendrillon de Thierry Malandain au Théâtre de Chaillot

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • Digg
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Le Malandain Ballet Biarritz est à Chaillot jusqu’au 18 avril, pour présenter Cendrillon sur la musique de Prokofiev.

Cendrillon-Malandain

Il y a des thèmes inépuisables, éternels, sur lesquels les chorégraphes aiment à livrer leur regard : Cendrillon est l’un d’eux. La Cendrillon de Thierry Malandain est, à la fois, classique et inventive, traditionnelle et décalée. Dans un décor épuré, émaillé en toile de fond de talons aiguilles suspendus, les danseurs retracent le fil du conte.

La force de ce ballet réside, pour moi, dans la scène du bal, dans cette symbiose entre le danseur et le mannequin, l’artiste et son accessoire. C’est bien pensé, bien dansé, enthousiasmant. Il y a aussi la marâtre et les deux sœurs, à la fois effrayantes et irrésistibles, l’usage des béquilles soulignant le caractère boiteux de ces trois personnalités, par opposition à la fluidité et à la légèreté de Cendrillon et de la Fée.

D’ailleurs, Cendrillon, la belle-mère et les deux sœurs, le Père, la Fée, le Prince ou bien encore le Maître de danse… chaque personnage a une signature chorégraphique spécifique, une sorte de gimmick facilement reconnaissable venant renforçant une narration qui se passe volontiers de décors ou de costumes.

Le ballet s’avère toutefois parfois moins percutant, notamment au premier acte et lors de la scène finale, avec une chorégraphie un peu trop itérative, manquant de souffle là où on aurait aimé davantage d’envolées chorégraphiques pour faire écho à la musique de Prokofiev.

Un mot de la troupe qui emmène avec brio et enthousiasme ce ballet. Mentions spéciales à Miyuki Kanei (Cendrillon), Claire Lonchampt (La Fée) et Arnaud Mahouy (le Maître de danse) ainsi qu’à Baptiste Frisson, Frederik Deberdt et Jacob Hernandez Martin dans les truculents rôles de la belle-mère et de ses filles.

Pour en savoir plus sur le style Malandain, deux interviews du chorégraphe à lire sur Dansomanie et Danses avec la plume.

Leave a Reply